Aller à l’essentiel pour améliorer sa tonicité

« Une vie sage consiste à éliminer les non-essentiels »-Lin Yuang

Quand j’ai lu le premier chapitre de « Essentialism* », le best seller de Greg McKewon, j’ai tout de suite su que le thème de ce livre allait me passionner et compris pourquoi il avait séduit des milliers de managers surmenés.
Les souvenirs qu’il évoque, comme la honte qu’il a ressentie lorsqu’il a abandonné son épouse, jeune accouchée, pour se rendre à une réunion, m’ont renvoyé à des dizaines de souvenirs comparables que j’ai vécus et fait subir à ma famille tout au long de ma carrière.

Le résumé de sa philosophie est « d’investir son temps et son énergie le plus raisonnablement possible pour opérer à notre meilleur niveau de contribution, en ne faisant que ce qui est essentiel ».
McKewon nous encourage à passer en revue nos activités pour distinguer l’essentiel de l’important, à éliminer rigoureusement ce qui n’est pas essentiel, et à être disciplinés et persévérants dans l’exécution de nos choix.

Outre le courage de dire non et l’habileté de le dire gentiment, la principale difficulté est de faire le tri entre activité essentielles et activités accessoires.
C’est ce qui m’a conduit a consacrer depuis plusieurs années une bonne partie de mon énergie à développer le concept de « Tonicité Managériale » et à en faire, à travers la plateforme de mentoring digitalisé d’ Inergens group , un outil d’amélioration des performances des managers.



Le point de départ est un constat: comment un manager, qu’il soit manager de terrain ou dirigeant d’entreprise ou de business unit, contribue-t-il aux performances de son organisation?
Les pratiques qu’il privilégie traduisent un choix souvent implicite entre son impact à court terme sur les performances opérationnelles, son impact à moyen terme sur l’agilité stratégique de son organisation, et son impact à long terme sur le développement de son capital humain.

C’est en prenant conscience des pratiques managériales dont ils se servent, en identifiant les plus consommatrices de leur énergie, en évaluant leur niveau de maîtrise de ces pratiques, et en s'interrogeant sur la cohérence de leurs pratiques et des enjeux qu'ils doivent traiter que les managers peuvent remettre en question la répartition de leurs énergies.

Ils peuvent ainsi se focaliser sur les pratiques essentielles. Et leurs dirigeants bénéficient d’une information agrégée qui leur permet de suivre et d’influencer l’allocation des énergies de leurs équipes.
Le constat des pratiques des managers accompagnés par Inergens a bien souvent surpris leurs propres dirigeants...

* Crown Business International Edition, 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire. Bonne journée !