Lettre ouverte au Président Macron - Chapitre 2

Aucun commentaire:
Monsieur le Président

J'espère que vous avez pu prendre connaissance de ma lettre, qui a été relayée par plusieurs de mes contacts à des membres de votre proche entourage.
Vous aurez sans doute pu constater qu'elle n'a rien perdu de son actualité en dépit des dernières annonces faites par votre gouvernement et de la meilleure maîtrise des débordements du week-end par les forces de l'ordre: tout va se jouer, je pense, dans la manière dont vous allez vous adresser aux Français la semaine prochaine.

C'est pourquoi j'ai souhaité la compléter par un chapitre dédié aux leviers dont vous disposez pour rétablir votre crédibilité auprès des électeurs, en m'inspirant d'une étude récemment publiée par des chercheurs du MIT, où la République m'avait envoyé étudier le Management à l'Américaine lorsque j'étais fonctionnaire de l'INSEE.

La conclusion globale est que la crédibilité des leaders repose autant, voire plus, sur la confiance qu'ils inspirent par leurs comportements que sur la perception de leur compétence.


Du point de vue de la compétence, vous avez montré ce week-end à travers l'action de votre gouvernement que vous assumiez votre responsabilité régalienne de maintien de l'ordre Républicain.
Il vous restera à montrer, en explicitant en termes simples le cap de vos réformes, que vous avez compris les préoccupations des Français, et que vous avez un plan pour résoudre peu à peu les problèmes - sans pour autant prétendre avoir toutes les solutions et pouvoir tout faire en même temps.

C'est sur le plan de la confiance que vous allez avoir le plus gros travail, car il va falloir remonter la pente pour la restaurer, non seulement auprès des manifestants, mais aussi de l'ensemble de vos électeurs. Vous disposez pour ce faire de trois leviers principaux: (1) l'authenticité de votre communication , (2) la clarté des nouvelles "règles de jeu" que vous allez proposer pour l'exercice de la démocratie, et (3) la crédibilité des compétences que vous allez "embarquer" pour poursuivre les réformes



C'est sur les deux premiers leviers que va se jouer l'impact de votre prochaine allocution, en trouvant le juste équilibre entre le partage de vos interrogations et la confirmation de votre détermination.
J'espère de tout coeur que vous trouverez le juste ton.

 Respectueusement

Philippe Masson

Président de MyDevelopment.Pro 
Auteur de "Manager Humaniste" et de "321Leaders"




 

Lettre ouverte au Président Macron

Aucun commentaire:

Monsieur le Président,

J’ai voté pour vous, comme beaucoup d’électeurs, non pas sur la base d’un programme, mais sur la base d’une promesse - celle de réformer la France pour lui donner les meilleures chances de réussir dans un monde turbulent.

C'est le seul cap que vous devez tenir, et que vous risquez de perdre si vous ne renouez pas avec la posture qui a rendu votre promesse crédible quand vous étiez candidat « en marche »: celle d’un leader apprenant qui s’apprêtait à conduire les réformes en mode « fair process » - celui que Bonaparte pratiquait sans le savoir, mais dont il a oublié peu à peu les principes quand il est devenu Napoléon.




Comme le soulignent de plus en plus de membres de votre gouvernement et de votre majorité, le fair process nécessite de la pédagogie dans l’explication des décisions prises.  Mais, selon le Professeur  Van Der Heyden, qui a construit le modèle du Fair Process, mener à bien cette étape d’explication ne pèse que pour 20% dans la réussite d’un processus de management ou de gouvernement. Le plus important est de savoir, comme vous avez su le faire en tant que candidat, poser les bonnes questions aux bonnes personnes au bon moment:

- Se mettre à l’écoute en amont de toute décision des besoins et des préoccupations des hommes et des femmes concernés pour formuler correctement les problèmes à résoudre
- Prendre le temps d’étudier largement les options de solution, en s’entourant comme vous l’avez fait d’une diversité d’avis pour ne pas tomber dans le piège de la pensée unique
- Rester pendant la mise en oeuvre des décisions à l’écoute des problèmes rencontrés par les acteurs de terrain
- Et enfin, ne jamais faire l’économie du processus d’évaluation des résultats qui permet aux leaders d’apprendre de leurs expériences, y compris de leurs échecs.

Le prix à payer est peut-être d’accepter, comme le font les marins, de louvoyer pour s’adapter aux imprévus de la météo, sans pour autant perdre le cap de leur course.

Alors, je me réjouis que votre gouvernement ait décidé de donner le temps au temps de "suspendre son vol", en suspendant quelques décisions certes importantes mais pas forcément urgentes telles que la vérité des prix dans le domaine des énergies et en proposant aux "Gilets jaunes" de participer avec les corps intermédiaires à un processus de consultation sur la fiscalité.

Mais il manque à ces annonces un ingrédient essentiel: comment regagner la confiance des manifestants et de leurs supporters silencieux, qui continuent à se sentir abandonnés et incompris par les élites, et qui ont donc le sentiment que vous avez trahi votre promesse électorale?

C'est à vous, Monsieur le Président, qu'il appartient d'expliquer aux Français, en termes simples, que vous avez compris leurs préoccupations, que la consultation populaire portera sur les conditions de mise en place d'une fiscalité plus redistributive dont vous approuvez le principe, et plus largement sur la répartition des richesses et de l'accès aux services publics.

Vous devrez démontrer votre détermination par un geste de bonne volonté - coup de pouce au SMIC? - en en profitant pour expliquer de façon pédagogique les options entre lesquelles il faudra choisir - pour ne pas pénaliser par l'inflation des coûts salariaux  la croissance à moyen terme. 

Vous devrez montrer aux manifestants qu'aucune des revendications qu'ils ont exprimées ne sera ignorée, même si elles ne seront pas toutes traitées au même moment et de la même façon, et qu'ils auront leur mot à dire, d'une manière ou de l'autre, dans les arbitrages que nous allons devoir faire entre solidarité, prospérité économique, et responsabilité écologique.

Faute de donner un signal symbolique du "message reçu" et de définir dès maintenant l’agenda des consultations à venir, en veillant à ce qu’il fasse échos aux souffrances exprimées par les « Gilets Jaunes » , je crains que le dialogue de sourds se poursuive et que l’Acte 4 se passe très mal.

Respectueusement,

Philippe Masson

Président de MyDevelopment.pro
Auteur de « Manager Humaniste » et de « 3-2-1Leaders »