CHALLENGER COLIN POWELL

Laurent CHOAIN, patron des RH, de la formation et de la culture du Groupe Mazars, a publié mi-juillet dans HBR France un article fort intéressant sur les bonnes pratiques à adopter par les leaders pour assurer la pertinence et la qualité des prises de décision dans le contexte troublé que nous traversons. Il nous propose de s'inspirer des principes formulés par le général Colin Powell à l'issue de la première guerre du Golfe.

On ne peut qu'être d'accord sur 4 des 5 principes sélectionnés par Laurent:

-oui, il faut résister à la tentation de la centralisation des décisions et "donner la parole aux premières lignes"

-oui, il faut utiliser les experts pour élargir le champ des options plutôt que pour choisir à sa place, et savoir "défier les pros sur leur terrain"

-oui, il faut prendre le temps de réfléchir et " se méfier des stéréotypes" comme les positions simplistes sur la généralisation du télétravail

-oui, il faut fédérer ses équipes autour d'une ambition porteuse d'espoir mais réalisable - éviter "d'avoir des aspirations irréalistes"

 

Et en même temps, comme le dit lui-même Laurent, il ne faut pas hésiter à challenger Colin Powell, en tous cas sur le principe de "la règle des 40/70", qui caractérise le pourcentage d’information nécessaire et le pourcentage suffisant pour prendre une décision :

 -suffit-il d'avoir 70% des informations jugées nécessaires pour compenser ses biais cognitifs et ses préjugés ?

-si oui, comment expliquer le désastre d’Apollo XIII ou celui…de la deuxième guerre du Golfe ?

 

En outre, il manque aux préconisations de Colin Powell trois savoir-faire qui m’ont souvent manqué et qui manquent à bien des leaders que j’ai rencontrés :

-faire le tri des décisions urgentes

-se préparer aux décisions systémiques

-vider sa file d’attente de décisions

Voulez-vous que nous en reparlions prochainement ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire. Bonne journée !