Président, où sont vos allié(e)s? Lettre ouverte chapitre 5

Monsieur le Président


Je vous ai adressé il y a un an une série de lettres ouvertes vous prodiguant quelques conseils pour faire face à la crise des gilets jaunes. La lettre « chapitre 3 », datée du 19 décembre 2018, me parait à la réflexion retrouver toute son actualité dans le contexte que nous traversons ces jours-ci.

Je vous avais recommandé en substance de veiller en lançant le « Grand Débat » à gérer les attentes de toutes les parties prenantes, en vous appuyant sur des alliés pour rassembler les énergies positives autour d’un projet fédérateur, et en évitant l’ « effet tunnel » qui les épuise.

Force est de constater aujourd’hui, en dressant la « carte des partenaires » du projet de réforme des retraites que porte votre gouvernement, qu’il est plus facile de détecter parmi nos citoyens des groupes décidés à s’y opposer que des alliés.




Nous avons tout d’abord les révoltés, personnes de tous bords qui estiment être les laissés pour compte de notre société. Après avoir eu une lueur d’espoir au moment de votre élection, elles ont perdu toute confiance dans nos institutions Elles sont prêtes à bondir sur toute opportunité d’exprimer leur colère et sourdes à toute tentative d’explication des bénéfices de votre réforme;

Les révoltés amplifient la détermination des opposants, qui comprennent les nombreux bénéficiaires de régimes spéciaux, depuis les avocats jusqu'aux fonctionnaires. Les membres de ce groupe ne voient que des désavantages à votre projet de réforme. Ils poussent les organisations syndicales à s’arcbouter sur la défense des droits acquis, plutôt qu’à négocier sur la base du projet construit par votre gouvernement.

La majeure partie des citoyens restants peut être regroupée dans une catégorie « perplexes », par manque de lisibilité de la raison d’être de cette réforme complexe. Faute de pouvoir adhérer à une ambition exprimée simplement en termes de résultats attendus, nos concitoyens en sont réduits à compter les points dans des débats d’experts, mis en scène par les médias et pollués par une abondance de « fake news ».

Mais où allez-vous trouver vos alliés?
J’ai peut-être une piste à vous suggérer.
N’est-il pas déjà établi que les femmes sont globalement les moins favorisées par le système actuel et qu’elles ont, compte tenu de nos espérances de vie respectives, encore plus besoin que nous de leur retraite? N’est-il pas probable qu’elles se préoccupent plus spontanément que nous du sort de leurs enfants et petits-enfants ?
Comment pourriez-vous trouver des femmes d’influence susceptibles de devenir les ambassadrices de cette réforme?
Je suis certains que votre plus proche conseillère pourra vous y aider.

Croyez, Monsieur le Président, à ma respectueuse considération


Philippe Masson
Auteur de « Manager Humaniste » (Mydev Editions) et de « 321leaders »(Eyrolles)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire. Bonne journée !