PORTRAIT D'UN GRAND ENTREPRENEUR - 4ème partie: les enseignements de l'expérience de Gérard Brémond

Les conseils de Gérard Brémond

Gérard Brémond a trois conseils à partager avec les candidats au leadership entrepreneurial: 


1) Détecter ce pour quoi on a des dons particuliers et savoir provoquer et saisir les opportunités pour les mettre en application.

2) Eviter la routine et sortir de sa zone de confort: "L'échec peut être nécessaire, il faut savoir prendre des risques."


3) Se lancer dans des projets qui vous passionnent: "Si vous êtes dans un secteur qui vous ennuie, changez! "




Ce qui lui reste à démontrer:

Passer les relais et se retirer en laissant derrière soi une organisation tonique, capable de maintenir un bon équilibre entre stabilité et stimulation du changement, est bien sûr l'étape la plus difficile d'un parcours de leader entrepreneurial: c'est celle qui manque encore au palmarès de Gérard Brémond.




Son premier défi est selon les apparences de réussir la transition vers un leadership collectif en transférant les responsabilités de Direction Générale et en partageant le pouvoir pour préparer sa succession:
" Plusieurs directeurs généraux se sont succédés. Aujourd'hui je suis entouré d'un comité de direction générale qui fonctionne de manière collégiale et cette organisation me convient."

Comment faire pour recentrer son action de leader au sein de PVCP sur les choix stratégiques et sur le développement du capital humain et pour se désengager du pilotage de la performance opérationnelle?


Le deuxième défi, qu'il se reconnait lui-même, est de se ménager le temps de prendre du recul et d'éviter le piège de l'impatience des résultats qui nous vient avec l'âge:

" L'intuitif et l'affectif peuvent prendre le pas sur 'intellectuel, il faut savoir conserver sa maîtrise de soi, son bon sens et une distance par rapport aux événements et aux situations pour mieux s'adapter. Avec le temps, je suis plus rapide dans la prise de décision, j'ai envie que les choses avancent plus vite."

Comment limiter les comportements interventionnistes en renonçant au reporting intégral?


Son troisième défi, dont la résolution conditionne vraisemblablement celle des deux premiers, est probablement de pérenniser l'actionnariat de PVCP et de s'investir dans d'autres projets:

" L'indépendance reste ma première valeur, je suis investi y compris personnellement dans le devenir de mon entreprise."

Comment lorsque l'on est un leader aussi entrepreneurial que Gérard Brémond, réussir à prendre du recul par rapport à "son entreprise" en investissant son énergie dans d'autres projets que PVCP? Cela passe-t-il par des décisions patrimoniales?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire. Bonne journée !